C’est pourquoi la profession a décidé de développer la capacité des entreprises à bien accueillir, former, accompagner et fidéliser les jeunes qui effectuent des séjours, des stages, des périodes de formation en entreprise, en particulier des jeunes sous contrat d’apprentissage. Cette volonté se traduit par des obligations (accord de branches), pour les maîtres d’apprentissage salariés, dans le cadre de la formation des apprentis du BTP :

• formation des maîtres d’apprentissage à leur mission ;
• validation de leurs compétences par le titre de maître d’apprentissage confirmé ;
• engagement de l’employeur, du maître d’apprentissage et du jeune par la signature de la charte du maître d’apprentissage ;
• reconnaissance de l’importance de la mission par une indemnité.

Dans le cadre des décrets d’application de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, toute référence au titre de MAC (maître d’apprentissage confirmé) a disparu du Code du travail. Dans les secteurs du bâtiment et des travaux publics, le titre de MAC a été créé comme CQP (certificat de qualification professionnelle). Il peut donc continuer à être délivré par les CPREF (commissions paritaires régionales de l’emploi et de la formation), par délégation des CPNE (commissions paritaires nationales de l’emploi) conjointes du bâtiment et des travaux publics.

 

France Compétences a établi les critères d’évaluation des demandes d’enregistrement dans les répertoires, notamment la qualité des référentiels de compétences et d’évaluation. Pour s’inscrire dans ce nouveau contexte, les CPNE conjointes du bâtiment et des travaux publics ont décidé de demander l’enregistrement du CQP Maître d’apprentissage confirmé au répertoire spécifique et ont confié au CCCA-BTP une mission d’accompagnement.

Le pôle certifications, en relation avec des CFA du BTP à gouvernance paritaire, a élaboré les référentiels de compétences et d’évaluation ainsi que le dossier de candidature. Ces éléments seront présentés le 17 juin prochain, lors du prochain Groupe technique certification des CPNE conjointes du bâtiment et des travaux publics.

Après validation des documents, l’accompagnement des travaux pour finaliser le dossier d’enregistrement pourra se poursuivre, par la création des guides méthodologiques à destination des CPREF et des entreprises qui souhaitent mettre en œuvre le dispositif pour leurs collaborateurs. Pour les organismes de formation, un cahier des charges pour les référencer et un cahier des charges pour la mise en œuvre de la formation seront également élaborés.